Emplois et projets dans l’Economie Sociale et Solidaire 04/2015

Conférence- débat « Emplois et projets dans l’économie sociale et solidaire »

La conférence organisée le 9 avril par le GEC sur ce thème a été co-animée par 4 intervenants tous acteurs de longue date dans l’ESS et témoins de la diversité des domaines d’activité couverts : Yann Fradin, DG de l’association Espaces et gérant de Naturespaces, Jean-Yves Forveille,  Responsable communication de Solidethic, Guillaume Lefebvre, Directeur du réseau entreprendre 92, X  Accompagnateur de créateurs d’entreprise au sein de la coopérative d’activités  Coopaname, Pierre Vial Président d’Arvel, une agence de voyage responsable et Président de la Maison des Solidarités à Lyon.

Un peu d’histoire

Si, comme en témoignent les intervenants, l’ESS existe depuis des décennies, c’est la loi Hamon adoptée à l’été 2014 qui l’a rendue plus visible et en a défini plus précisément les contours et les principes. Le statut d’entreprise solidaire d’utilité sociale a été ainsi créé et se base sur une autre façon de penser l’entreprise.

De quoi parle t-on ?

L’ESS recouvre des secteurs d’activités très variés qui vont de l’agriculture, aux prestations de service à la personne en passant par la banque, prévoyance, le tourisme, la santé, l’aide à la création d’entreprise ou l’insertion. Et beaucoup d’autres encore. Elle recouvre  des activités de production, de transformation, de distribution, d’échanges et de consommation de biens et services.

Les acteurs de l’ESS se répartissent dans quatre types de statuts :

–          Coopératives

–          Mutuelles,

–          Associations

–          Fondations

Enfin les tailles des structures relevant de l’ESS vont de la TPE à des grandes entreprises comme « Chèque déjeuner » ou « le Crédit Mutuel » par exemple.

Il y en a donc pour tous les goûts si l’on souhaite s’y investir.

 

L’ESS : Un acteur de poids dans  l’économie et dans l’emploi

L’ESS génère  13% du PIB en France soit d’avantage que le BTP ! L’ESS représente avec ses 54 milliards d’euros de Masse Salariale 10% de la masse salariale en France.

En matière d’emploi les 166 000 structures bénéficiant du statut d’entreprise solidaire abritent  2,36 millions (à confirmer) d’emplois, soit 12% de l’emploi en France.

A noter que 13% des cadres du privé travaillent dans l’ESS et les entreprises de l’ESS comptent 15% de cadres dans leurs effectifs.

On compte aussi 16 millions de bénévoles qui, œuvrent dans ce « secteur ».

 

Un nouveau modèle économique porteur de SENS et qui place le PROJET au centre

La finalité, le but poursuivi par les structures est de rendre des services, de proposer des produits au bénéfice du client qui est aussi adhérent et parfois sociétaire. Celui-ci peut donc participer à la gouvernance de sa structure.  La notion de rémunération des actionnaires n’existe pas. Les bénéfices sont réinvestis dans l’activité au service d’un  projet porteur de sens, ce qui ne l’exempte pas d’une bonne gestion économique pour se développer et garantir sa pérennisation.

Un état d’esprit ouvert qui fait une large place à l’innovation, au sens du collectif et à la créativité

Les intervenants présents ont chacun illustré comment s’incarnait dans leur structure l’état d’esprit propre à l’ESS.

Le représentant de Coopaname a expliqué que cette coopérative apportait à ses adhérents la possibilité de démarrer de manière expérientielle une activité dans une démarche durable, en bénéficiant de la sécurité apportée par le statut salarié,  sur un mode collaboratif en évitant l’isolement. Ainsi,  des groupes de travail et des échanges sont constitués et sont basés sur l’entraide. Les adhérents sont aussi invités à prendre des initiatives au bénéfice de la collectivité : Par exemple, animer bénévolement des ateliers pour la structure. L’avantage est de se donner le temps de la réussite et le droit à l’échec.

Guillaume Lefebvre a mis l’accent sur les principes du réseau Entreprendre 92 : La personne est au centre, la gratuité de l’accompagnement apporté par des dirigeants d’entreprise qui donnent de leur temps et le prêt qui est accordé sans intérêt, la réciprocité puisque les « lauréats » aident ensuite les nouveaux entrepreneurs. Des retraités aident aussi les candidats à préciser leur business plan.

Jean-Yves Forvielle participe à Solidethic, une SIC (coopérative), qui réunit une vingtaine de chefs d’entreprise qui accompagnent sur le plan économique des projets de jeunes structures qui font partie de l’ESS. De son point de vue pour réussir dans l’ESS, il est nécessaire de faire appel à son cerveau droit pour trouver des solutions, être créatif. Il faut aussi avoir envie de mutualiser, de jouer collectif au service du projet.

Enfin l’agence Arvel dirigée par Pierre Vial fonctionne comme une PME avec les convictions de l’ESS sa finalité est de montrer qu’il existe d’autres modèles économiques ailleurs dans le monde. Chaque voyage proposé contribue à financer un projet de développement local dans le pays concerné. Un autre exemple de son identité ESS est de ne pas rechercher les marges à tous prix en pénalisant les prestataires locaux.

La reconnaissance et la confiance sont au cœur des relations avec les salariés ce qui e^tre déstabilisant au départ mais très gratifiant ensuite

 Les profils des cadres de l’ESS et les emplois recherchés

En termes d’âge on trouve fréquemment, soit des jeunes spécialisés dans leur métier, soit des cadres en deuxième partie de carrière issus du privé, en recherche de sens et avec des besoins financiers un peu mois élevés,  leurs enfants étant élevés.

Les compétences recherchées portent à la fois sur les fonctions support (DAF, RH….) et des expertises métier pointues (chargés de mission écologie…). Les rémunérations peuvent être un peu plus basses que dans l’économie lucrative mais il ya plutôt d’avantage d’opportunités que dans l’économie lucrative et parfois moins de concurrence quand on postule à une offre.

Par exemple dans le domaine de l’environnement, une offre va générer environ 800 candidatures contre 200 « seulement »  si elle émane d’une structure de l’ESS.

Il est nécessaire d’avoir un minimum de convictions en lien avec les principes de l’ESS mais des compétences issues de l’économie lucratives dont également bienvenues. En effet dans ce « seceur » très endogène  l’apport de sang neuf est très utile. Et notamment des process qui peuvent manquer dans les structures de l’ESS.

Cela demande un effort d’adaptation ce qui peut expliquer que les séniors notamment ne se tournent pas particulièrement vers ce secteur car ils  cherchent plutôt à retrouver ce qu’ils ont connu alors que l’ESS constituerait une opportunité d’innover dans leurs pratiques

Les emplois sont locaux et souvent territoriaux

Quelques conseils pour trouver un emploi dans l’ESS

Faire de la veille : Un des intervenants s’est dit étonné du nombre de personnes qui cherchent un emploi sans s’être informés au préalable sur le secteur, ses caractéristiques, son actualité, or, dans l’ESS les informations sont facilement accessibles puisqu’on y avance « à visage ouvert ».

Créer et entretenir son réseau d’acteurs de l’ESS : Il s’agit d’un milieu dense avec des relais où la cooptation est de fait très utilisée d’où l’idée de commencer par du bénévolat qui permet, outre de se sentir utile,  de se créer du réseau et d’enrichir son « bas de cv » dans la rubrique centres d’intérêts.

Envoyer des candidatures spontanées bien ciblées : Il est également nécessaire d’identifier les structures de l’ESS  où on souhaiterait travailler et d’étudier leurs sites internet qui fourmillent  d’informations (plus que dans l’économie lucrative) sur les projets en cours pouvant indiquer un besoin potentiel

Consulter des sites spécialisés : Sur internet plusieurs sites permettent de s’informer et/ou d’accéder aux offres d’emplois (voir plus loin une liste des sites recommandés par les intervenants).

Utiliser les Réseaux sociaux professionnels

Des sites et une revue à consulter pour en savoir plus et/ou pour  trouver des offres de postes

–           : Premier Site de recrutement pour les entreprises de l’ESS

–          : Site très complet intégrant à la fois des informations pour faire de la veille et un rubrique emploi avec des offres

–          http://www.atelier-idf.org/ : L’atelier est le centre de ressources régional de l’ESS et comprte beaucoup d’informations

–          : site nantais intégrant des fiches métier

–         

–          ?

–          Journal Alternatives économiques

 

-->